Dance With Me / By Lulla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dance With Me / By Lulla

Message par lulla le Lun 11 Avr - 11:15

DANSE WITH ME




Cuba! Je rêvais de ce voyage et mes exploits corporel m’avaient valu de gagner cette opportunité en remportant le concours national de batchata, salsa, tango. Seule condition? Me perfectionner encore plus en intégrant la meilleur école de danse du monde pour le prochain mondial.

Le vol arrivait quasiment à son terme, j’étais surexcitée, effrayée, heureuse, j’allais travailler avec les plus grand danseurs.

_ Nous entamons notre décente vers Cuba, la température extérieur est de 35C°, veuillez attacher vos ceintures.

Un sourire de satisfaction, de fierté, d’importance se lisait sur mon visage. Je passais par tous des sentiments euphorisant jusqu’ as ce que le train d’atterrissage n’ heurte le sol.

_ Air Cuba espère que vous avez passez un excellent voyage en notre compagnie et vous souhaite un merveilleux séjour.

*********
L’attente était longue, réception des bagages, vérification des passeports, chaleur étouffante sans oublier que je ne trouvais pas la personne sensée venir me récupérer.
L’aéroport se vidait peut à peut sans l’ombre d’un accompagnateur.

_ Excusez moi je suis……quelqu’un devait m’attendre mais je ne vois toujours personne et cela fait un moment que j’attends.

_ Vous êtes?

_ Elsa Foler.

_ Désolée, rien à votre nom.

_ Bon, ça commence bien! Je dois me rendre à l’Union School savez-vous comment je peux y aller?

_ Le bus derrière vous!

_ Merci.

J’embarquais mes valises encombrantes essayant tant bien que mal de courir pour ne pas le rater.

_ Bonjour, vous vous arrêtez à l’Union School?

D’un signe de tête le chauffeur m’indiquait les lieux desservis.
Je réglais la course et partie m’assoir parmi les poules, les chiens et les gens. Jusque là, ce n’est pas vraiment l’idée que je me faisais de Cuba!

Après avoir supportée les odeurs nauséabondes des travailleurs de fin de journée, de la vie quotidienne, des animaux souillées pendant prés de deux heures, le gros engin bruyant se stoppait enfin devant l’architecture magnifique de ma récompense.

Un homme en costume s’approchait de moi à la hâte en me saluant et en me proposant de s’occuper de mes bagages.

_ Je peux vous débarrasser?

_ Oh oui avec grand plaisir.

_ Personne n’est venu vous chercher?

_ Ah mon grand regret non!…….savez-vous ou je dois me rendre?

_ Vous passez ces grandes portes et vous vous retrouverez face à l’accueil. Présentez vous et on vous indiquera la marche à suivre

_ Merci vous êtes mon sauveur…heu….Willy (une petite inscription était brodée à son nom sur sa veste)

_ A votre service!

Je courrais à toutes jambes espérant ne pas avoir loupée quoi que ce soit du commencement.

_ Bonjour madame, Elsa Foler je….je viens d’arriver de Washington pour…

_ On attendait plus que vous. Votre chambre est la 607, allez vous changer rapidement et rendez vous à la salle principal le cours viens de commencer.

Super! Premier jour et déjà en retard! La poisse.
Je ne faisais pas dans la précision et enfilais la première robe qui sortait de ma valise, mes escarpins rouge et j’emprisonnais mes cheveux dans un chignon négligé.
Le claquement de mes talons dans les couloirs auraient pus réveiller un mort tant ils étaient bruyant.
Aux portes de la salle, la musique retentissait au rythme du meringué entrainant.

_ Et merde! …aller, respire.

Le seul moyen de ne pas faire remarquer mon retard était d’épier pour visualiser les enchainements, de rentrer en catimini et de faire comme si j’avais toujours été là.

Il ne me fallu que quelques minutes pour assimiler les pas….merci Madame Torres.
Habillement j’agrippais la poignée la faisant pivoter lentement lors ce que….

_ Je peux vous aider?
_ Heu…humm….je…
_ Vous êtes en retard. Pour un premier jour ce n’est pas très pro!…..entrez dépêchez vous!

Prise sur le fait. Pour le coup, mon plan était tombé à l’eau.
Je me plaçais en retrait derrière les 32 autres participants qui envahissaient l’espace immense de la pièce avant que la musique ne s’arrête net.

_ Bien! Bonjour à tous, je suis Carlos Mendoza votre professeur. Vous êtes les meilleurs espoirs mondiaux et vous avez une chance incommensurable d’avoir intégré ces cours.
Rigueur, acharnement, sensualité, épuisement vos journées seront rythmées en ces qualificatifs. Je serais intransigeant sur vos qualités de travail car à l’issu de ce stage seulement une poignée d’entre vous accèderont au concours mondial des danses tropicales……..Prenez place.

Je restais loin du regard de Mendoza cachée derrière une chevelure bien avantageuse qui me rendais quasiment invisible.

_ Mademoiselle…..Foler! Venez donc exprimer votre savoir faire à tous!

Encore une fois mon subterfuge s’effondrait. Tous les visages c’étaient tournés vers moi d’un sérieux à faire pâlir! Chacun se reculait d’un pas me laissant un passage plus aisé.

_ Vous êtes à l’aise sur un tango?

Fallait il dire oui ou non? Ce serai quitte ou double. Je me sentais très à l’aise avec le tango et vu que je le soupçonnait de vouloir me piéger, je répondrais non.

_ Pas aussi bien que sur le meringué. Vous ne préférez pas que je vous reproduise l’enchainement proposé en début de cours?

_ Vous êtes maligne Foler, ce sera un tango pour vous!

Je ricanais intérieurement! Gagner pour cette fois!

L’assistante plaçait le cd et envoyait mon morceau favori Tango assassin.





Mendoza d’un mouvement sec m’empoignait et me plaquait sensuellement contre lui.
Notre danse se dessinait peut à peut, je le suivait attentive à la moindre erreur qui aurait put se glisser. Jusque là tout se déroulai parfaitement bien tout était réglé et en place.
Notre enchainement devenait de plus en plus sensuel. La chaleur de ses mains sur mon corps me faisaient beaucoup d’effet pourtant j’étais habituée à la sensualité, elle faisait partie du jeu.
Plus notre étreinte artistique avançait plus je me surprise à désirer mon professeur, à le détailler à le toucher profitant de l’opportunité.
Je croisais son regard brulant où je me perdais, me déconnectant du but principal.
Il entrepris un renversé et relâcha un peut son emprise ce qui me fis tomber à terre sous les rires étouffés des autres candidats.

_ Toujours garder le contrôle Foler!…..retournez à votre place et apprenez. Vous avez encore beaucoup à faire

L’humiliation ne pouvait pas être plus gênante qu’à ce moment précis.
Je me relevais aussi rouge que ma tenue avant de continuer le cours totalement perturbée par ma chute et mon professeur.

Le voyage, le bus, le retard, l’humiliation, l’épuisement j’étais heureuse et soulagée que Mendoza annonce la fin du cours.

_ Vous avez tenu, vous avez danser vous avez eu mal. Aujourd’hui ce n’était qu’un cadeaux de bienvenue. Dormez et soyez là demain matin à 7h00 tapante.

J’empoignais mon sac à la volée avec nonchalance dégoulinant de sueur quand mon professeur m’interpela.

_ Foler!….vous tacherez d’être présentable demain et à l’heure s’il vous plais!

_ Si je puis me permettre monsieur j’aurais pus être à l’heure si quelqu’un avait eu l’obligeance de venir me chercher à l’aéroport comme prévus dans votre courrier. J’ai bravée la puanteur d’un bus bondé pour essayé d’être à l’heure et la seule chose que j’ai manqué ça à été l’échauffement il me semble et non le cours en lui-même!

_ L’arrogance n’as pas de place dans notre école….rompez!

_ OUI CHEF!

Il avait beau être parfait sur le point physique et professionnel il n’en était pas moins prétentieux et m’agaçait au plus haut point!…ces deux semaines promettaient d’être chargées.
Je ressortais irritée et n’aspirais qu’as une bonne douche et une bonne nuit de sommeil.
Ma chambre était métamorphosée, mes robes pendues, mes escarpins alignés. Super, je n’avais plus qu’as sauter dans mon lit après une détente aquatique bien méritée.
Je me dirigeais vers les douches et croisais par la même occasion Willy

_ Bonsoir Willy!
_ Bonsoir mademoiselle Foler! L’arrangement de votre chambre vous convient -il?
_ C’est donc à vous que je dois tout ça! C’est parfais Willy merci!
_ C’est le rôle d’une nounou!
_ D’une nounou?
_ Je suis à votre service à tous. Un besoin quel qu’il soit et j’accours!
_ Hé bien vous êtes parfait Willy!….bonne soirée et encore merci……heu Willy?
_ Humm?
_ Est-ce qu’on peut s’entrainer seul après les cours?
_ Les salles hip-hop et classique reste ouverte jour et nuit.
_ Bien, merci!

Parfait! Je pourrais me perfectionner un peut plus chaque jours au calme et sans les assauts de Mendoza.

**********

_ Bip, bip, bip,…..

Comme chaque matin depuis maintenant prés de deux semaines, j’envoyais valser ce satané réveil qui me rappelait qu’une nouvelle journée d’effort et de douleur m’attendait.
Mendoza m’avait prise en grippe dés le départ et je subissais ses réflexions en tout genre chaque jour ce qui rendait mon séjour ici beaucoup moins agréable.

_ Bonjour tout le monde! Dans deux jours les épreuves commencerons et comme vous le savez chacun à un partenaire attitré depuis le début sauf Foler qui danse avec moi car l’effectif est déséquilibré.
De ce fait mademoiselle Foler vous prendrez cinq points de pénalité d’office car vous serrez avantagé par la présence d’un professionnel.

_ Cinq points? Je serais hors course à la moindre erreur c’est dégueulasse! Y’as pas un danseur confirmé qui pourrait prendre votre place dans cette école? C’est perdu d’avance pour moi!

_ Raison de plus pour vous mettre au boulot! Notre numéro sera celui de salsa que nous répétons depuis plusieurs jours maintenant!….. Mettez vous tous en place et travaillez, vous avez tous vos chorées, soyez exigeants et réfléchis! …C’EST PARTI!!

La salsa cubaine était bien plus rapide et précise que l’enseignement que j’avais reçu et cette chorégraphie était des plus technique ce qui ne présageait rien de bon.

Il faisait une chaleur épouvantable et la clim avait rendue l’âme dans la matinée. Mendoza retirait son t-shirt et je cru défaillir. Son corps sculpté à souhait arborait des tatouages Maori qui le rendait beaucoup plus sexy et désirable.
Mes yeux parcouraient son corps, ses courbes, ma bouche devenait sèche et j’essayais de résister à la chaleur qui m’envahissait.
Je me surprise à imaginer une danse bestiale avec l’homme que je détestais mais dont j’avais envie.
La journée se déroulait comme les autres, ses cris, ses bousculades, ses remontrances, épuisante quoi!

_ Tu n’as pas d’équilibre bon dieux!!! Tourne, tourne et ne tombe pas! Tes jambes sont flagada. Si tu tombe au concours t’es foutu Foler alors bouge toi!

_ Vous me faites tourner, tourner, encore et encore c’est un sentiment humain et normal de se sentir étourdie et de perdre l’équilibre!

_ Je ne tombe pas donc tu ne dois pas tomber!

_ Mais merde c’est quoi votre problème hein? Je suis votre défouloir depuis le début! Vous me malmené depuis mon arrivée vous voulez que je me plante c’est ça? Bah dites le qu’on soit fixé que je ne perde pas mon temps à essayé de me rendre meilleure!

Il s’était rapproché à quelques centimètres me toisant d’un regard noir et colérique.

_ Tu es la meilleure Foler, tu as un potentiel énorme et tu ne sais pas le développer alors tu vas bosser peut importe si cela doit être jour et nuit mais demain tu tournera et tu ne tombera pas-tu m’as compris?

_ J’essayerai MONSIEUR!

_ Ça suffit pour aujourd’hui vas te reposer et reviens moi au maximum demain!

Je le quittais furieuse mais satisfaite néanmoins par le discours encourageant qu’il venait de me pondre.

La nuit était tombée et le sommeil ne m’emportait toujours pas. Je décidais d’aller me défouler en salle perfectionner ce que Mendoza m’imposait.
J’enfilais un jogging et un débardeur vieilli et me dirigeais vers la salle silencieuse. Pas une âmes animaient les couloirs et être seule me convenais particulièrement.

De large miroirs entouraient la pièce ce qui me posait problème, mon reflet me gênais énormément et me déconcentrait à chaque tentative. J’eus alors l’idée d’emprisonner mes yeux sous un bandeau de satin qui se trouvait posé là sur le sol qui rendrait mon exercice d’équilibre beaucoup plus réaliste. Je comptais bien montrer à Mendoza ma rage de gagner et ma soif d’apprendre.
Je tatillonnais les alentours plongée dans le noir total essayant d’atteindre la table son où la musique m’attendait.
Je dus m’y prendre à plusieurs reprise avant de trouver le bouton qui envahirait la pièce des rythmes endiablés de salsa.
J’imaginais l’espace, me remémorais les enchainement tournant, tournant et tombant une fois sur deux mais je ne me décourageais pas, demain je serais prête.

Après plusieurs heures d’acharnement mon travail commençait à payer, je ne tombais quasiment plus et cette sensation d’étourdissement disparaissait petit à petit.

_ BRAVO, bravo Foler, tu bosse vraiment dur. ( Mendoza applaudissait mon travail d’un claquement de main plutôt bruyant)………NON!..n’enlève pas ton ruban Foler on vas reprendre depuis le début.

Je restais immobile attendant mon partenaire qui tombait à pique. Je pourrais lui montrer que je n’étais pas une perdante et que la seule chose qui m’importais c’était la victoire.
A mon grand étonnement ce n’est pas le morceau cubain qui vint s’échouer à mes oreilles mais un zouk entrainant.



_ Un peut de détente s’impose je crois Foler.

J’étais surprise de son choix mais ce nouvel exercice pouvait s’avérer très amusant et instructif.

J’étais toujours plongée dans le néant total mais tous mes sens étaient en éveil. Son souffle dans ma nuque ne m’avait pas échappé et me provoquait un léger frisson plutôt agréable avant que ses mains ne s’emparent de mes hanches me guidant sensuellement contre son corps moite au rythme sucré de la mélodie.
Jamais le toucher ne m’avais paru si sensuel, mes mains parcouraient son corps qui ondulait à leur contact et plus les minutes s’écoulaient plus notre danse devenait sexuel.
D’un genoux il avait écarté mes jambes se frayant un chemin en leur centre et ondulant de plus belle ce qui provoquais sur mon intimité un flot humide d’excitation. Je l’imitais provoquant également chez lui une réaction qui ne le laissait apparemment pas indifférent.
Je sentais sa respirations devenir irrégulière, sauvage, je ne pouvais visualiser l’expression de son visage et c’est tactilement que je parti à sa conquête caressant ses traits et sa bouche d’un doigt qu’il emprisonnait entre ses dents .
A son contact brulant, à son odeur le temps et l’espace n’était plus, seul une chaleur douloureuse s’échauffait dans mon bas ventre
Ses mains emprisonnaient mes cheveux me renversant vers l’arrière et parcourant de sa langue la route imaginaire qui menait jusqu’à mes seins emprisonnés par un rempart de tissu gênant.
Toujours au rythme sensuel du Zouk il ôtait ce qui cachait l’objet de son envie et j’en faisais de même le délivrant du superflu qui le comprimait.
Nous ne faisions plus qu’un emboités dans le monde luxurieux de la déchéance exprimant notre attirance physique agrémenté par un sentiment d’agressivité tiré du fait que nous ne nous supportions pas en dehors de cela.
J’agrippais son corps robuste l’embrassant avec fougue. La machine infernale, le feu des enfer nous consumait littéralement. Pas de place pour de quelconques préliminaires, notre danse nous avait déjà bien avancée sur nos intentions.
Il me plaquais contre la table m’inclinant contre elle lui donnant une vue imprenable sur ce que je lui offrait.
J’imaginais la situation à travers ma cécité temporaire.
Ses mains caressaient mes courbes, sa bouche mordait ma peau m’arrachant des cris de surprise et d’excitation. Ma patience avait des limites et ils les avaient atteintes. Je le voulais maintenant, entièrement sans attendre et cherchais de ma main ce qui pouvait me satisfaire.
J’entamais des vas et viens sur sa verge dure et sentais tout ses muscles se contracter sous l’effet euphorique de mes doigts agrémenté de souffle court qui heurtaient mon dos.
Lui aussi avait atteins ses limites et d’un geste rapide s’introduisait en moi dans un râle étouffé.
Ses mouvements accompagnaient la musique irrégulière et sensuel m’étirant des gémissements d’encouragements.
J’emprisonnais les recoins de la table pour résister au mieux à ses assauts profonds et sauvages.
Sa bouche mordillait le moindre centimètre de peau qui s’offrait à elle et je me cambrais au maximum lui laissant accès libre à toutes ses envies.
Je sentais la jouissance qui commençait à m’envahir ce qu’il du percevoir et se retira, me délivrant du néant visuel et me plaquant au miroir qui nous entouraient.
Je découvrais mon amant maculé de sueur rendant son corps encore plus désirable et sexy.
Il remontait une de mes jambes sur son avant bras avant de m’appartenir de nouveau.
J’étais en lui, il était en moi et plus rien n’existait autour
Sa musculature avantageuse lui permettait une performance incroyable.
Tendu au maximum les yeux plissés par le plaisir et la douleur de l’extase il butait en moi de plus en plus fort, de plus en plus vite.
Je tremblais de plaisir. C’était si fort que j’avais du mal à me tenir debout, mes jambes se dérobaient sous l’orgasme qui se montrait de plus en plus présent.
Dans une jouissance à l’unisson, nous laissions exprimer la finalité de notre danse nous écroulant à genoux face à notre reflet épuisé.
Il nous fallu plusieurs minutes avant de nous remettre de cette expérience.

_ Ça vas Foler?
_ Ça vas.

Nous nous étions allongé à terre fixant le plafond.

_ T’as quelqu’un dans ta vie Foler?
_ Oui….et vous?
_ Je suis marié.
_ C’est pas très glorieux ce qu’on viens de faire.
_ Tu regrette?
_ Non c’était génial mais je pense à eux et ça rends le sentiment un peut moins satisfaisant non?
_ Wais.

Je me rhabillais et je rejoignais ma chambre sans un mots ni même un regard pour Mendoza.
Bien évidement grâce à lui et au travail que j’avais accompli j’étais arrivé deuxième au concours et je savais que je reverrais Mendoza l’année prochaine. Le souvenir de notre étreinte me laissais rêveuse sur la prochaine………..


_________________
avatar
lulla
Admin Dans des draps de satin avec Taytay

Messages : 5271
Date d'inscription : 11/12/2010
Age : 33
Localisation : Dans des draps de satin avec son loup

http://declicreas.centerblog.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dance With Me / By Lulla

Message par Martyn le Lun 11 Avr - 12:30

Et bien !
Tu es surprenante !
Tes écrits sont différents d'une histoire à l'autre.
Pour moi, elle est très réussie celle-ci !

avatar
Martyn
Admin Dans un monde où Eric serait une réalité

Messages : 10674
Date d'inscription : 03/01/2011
Age : 50
Localisation : Toujours en plein rêve !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dance With Me / By Lulla

Message par lulla le Lun 11 Avr - 13:46

Merciiii Martyn! sauf qu'elle n'as rien de fantastique lol!

_________________
avatar
lulla
Admin Dans des draps de satin avec Taytay

Messages : 5271
Date d'inscription : 11/12/2010
Age : 33
Localisation : Dans des draps de satin avec son loup

http://declicreas.centerblog.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dance With Me / By Lulla

Message par Martyn le Lun 11 Avr - 19:19

Non pas fantastique mais bon ça nous montre une autre facette de Lulla !!!!!
Very Happy
avatar
Martyn
Admin Dans un monde où Eric serait une réalité

Messages : 10674
Date d'inscription : 03/01/2011
Age : 50
Localisation : Toujours en plein rêve !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dance With Me / By Lulla

Message par lulla le Lun 11 Avr - 19:20

mouais Embarassed

_________________
avatar
lulla
Admin Dans des draps de satin avec Taytay

Messages : 5271
Date d'inscription : 11/12/2010
Age : 33
Localisation : Dans des draps de satin avec son loup

http://declicreas.centerblog.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dance With Me / By Lulla

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum