La Rose aux Secrets (Fée Morgane)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Rose aux Secrets (Fée Morgane)

Message par Martyn le Mar 10 Déc - 22:43

Alors voilà ce n'est pas une histoire fantastique mais plutôt dramatique.
Je l'avais écrite pour un concour de ma région, dont je n'ai jamais eu de nouvelles.
Elle est totalement inédite et je ne l'ai jamais posté sur un autre forum dont j'ai fait partie.
J'espère qu'elle vous plaira :


La rose aux secrets


Il était moins une que je saute par la fenêtre.
C'était ce que je ressentais , chaque matin en me levant.
Imaginez – vous , à ma place, ne pas savoir lire.
N' y a t- il pas de choses plus importante , plus primordial.
Je me sentais isolé, à part.
J'enviais le gars , pendant sa pause déjeuner, en train de lire son journal.
Les enfants assis  par terre , entourés de livres,dans la bibliothèque.
Je suis l'homme à tout faire de mon petit quartier, à Londres.
Ma famille n'a jamais été très riche.
Un jour , on m'a demandé de choisir entre mon avenir et celui de mon petit frère Jim.
Déjà gamin , je savais qu'il était plus important que moi.
Jim méritait un avenir.
Au début , ma mère m'a fait des cours.
Ça n'a pas duré , car elle est tombé gravement malade.
J'ai du m'occupé d'elle , jusqu'à sa mort.
Son absence emplit toujours l'appartement ou l'on habite.
Mon père a remarqué , que j'étais doué en travaux manuels.
J'ai tout appris studieusement, pendant que je regardais Jim apprendre encore et encore.
Je n'étais pas jaloux, je ne regrettais pas mon choix.
Jusqu'à ce jour , ou Jim n'est pas rentré du lycée.
Je venais le chercher, en prenant notre vieille Ford.
J'avais déjà remarqué , cette fille , c'était une amie de classe.
Rose Garden.
Elle est venue dans ma direction, ses joues étaient rosie et ses yeux rouge car elle pleurait.
Il pleuvait ce jour là, je m'en souviens comme si c'était hier.
Tu t'appel Ed Rickman ? M'a t-elle demandée, d'une voix douce et rauque.
Oui, pourquoi ? Avais – je répondu.
Ses yeux en amande , sur ce joli visage en forme de cœur me fascinait.
Et cette crinière auburn , tombant sur ses épaules et dans son dos.
Pas de doute , elle portait bien son nom.
D'habitude, ce n'est pas mon genre de fille.
D'un signe de la tête , elle me fit signe de la suivre.
Il y avait une dizaine d'élèves , rassemblé en rond autour de quelque chose.
On aurait dit des vautours.
Je m'excusais en passant.
Je vis alors le pire spectacle de ma vie.
Mon frère allongé sur le sol , une balle dans la poitrine.
On aurait dit «  le dormeur du val », il me l'avait lu une fois.
Je suis tombé à genoux, peinant pour respiré.
Son visage , qui gardé encore quelques rondeurs enfantines était figés dans l'horreur.
Ses pupilles verte fixaient un point vague.
Je repoussais sa mèche , que personne n'arrivait a coiffé à part lui.
Jim chuchotais – je .
Dans un geste désespéré , je tentais de faire des massages cardiaques.
Sa poitrine ne se souleva pas.
J'avais failli à mon rôle, le seul que je croyais en être capable.
Être un bon grand frère.
Est – ce que quelqu'un a vu ce qui s'est passé ??!! avais – je hurlé, perdant tout contrôle.
Je me suis levé, les mains en sang.
Mes yeux me picotaient, je fixais tour à tour se qui m'entouré.
Un garçon blond, leva la main comme en classe.
J'ai aperçu un motard , il a sortit un flingue et ( il regarda un court instant mon frère) , Jim n'a rien vu venir raconta t-il , encore sous le choc.
J'ai prévenu le directeur et la police. Tu devrais prévenir ton père, avant qu'il ne l'apprenne autrement intervint Rose, en reniflant.
Je hochais la tête.
Comment annoncer à son père, qu'il vient de perdre un fils.
Je me souviens de tout.
Je me souviens que des élèves, qui sont venus à son enterrement.
La police avait mené sa petite enquête.
C'était un règlement de compte, de plus l'autopsie a révélé que Jim prenait régulièrement de la drogue.
Comment est – ce que j'avais fait pour ne rien voir ?
Je me pose encore cette question, un an plus tard.
Depuis je ne suis jamais retourné devant son lycée.
Et moi , qui demandé a Madame Grace, une retraité, auquel je rend service, de me lire des poèmes après mon travail.
Je lui ai dit d'arrêter.
Je hais tout ce qui me rappelé ce jour.
Même cette fille, Rose.
Elle était sorti avec Jim et elle ne m'a rien dit.
Peut – être , ne le savait – elle pas.
Je ne voulais pas le savoir.
Puis , alors que je nettoyais les carreaux du magasin de télévision.
Je l'ai revu.
Rose , encore plus belle qu'il y a un an.
Elle venait de gagné un concours d' écriture.
Le premier prix.
Elle l'a alors lus et tout est devenus simple.
Son texte s'inspirait de la vie de Nelson Mandela.
Elle parlait des notions de pardon, de la compassion.
Je me suis figé.
Comment de simples phrases, écrite par une adolescente avait – elle pu me redonner espoir ?
Je suis partit plus tôt.
Je me demandais , si elle se souvenait de moi.
Comment aurait – elle pu oublier ce jour, si je ne l'avais pas oublier ?
Je l'ai attendu , près de la voiture.
A ma place habituel, cigarette au bec.
J'étais nerveux.
Ce n'était pas la première fois, que je révélais mon secret.
C'était différent.
Je voulais apprendre, je voulais lire mon journal comme monsieur tout le monde.
J' avais l'impression, que cela me rapprocheré de Jim.
C'est idiot.
Et une part de moi , à encore du mal à faire le travail du deuil.
Je devais tourner la page, vivre la vie dont j'avais toujours voulu.
Jim avait voulu devenir médecin.
Je voulais ouvrir ma librairie.
Voir des personnes de tout âge, de tout les milieu entrer dans ma librairie.
Me demander un livre !
Dire : Ouah ! , en voyant la décoration et les étagères pleines à craquer.
Cette idée me fit sourire.
Je soupirais, puis me senti plus détendu.
Rose discutait avec animation, la fille à son côté était une gracieuse africaine.
Les deux jeunes filles riait aux éclats, imitant un de leur camarade, je suppose.
Rose a arrêter de rire, quand elle m'a aperçu.
Elle m'a indiquait à son amie.
De nous deux, je crois que c'était elle la plus nerveuse.
Je le devinais, à sa soudaine agitation.
Elle passait sans cesse, sa main dans ses cheveux.
Et se mordillé la lèvre inférieure.
Je trouvais ces mimiques amusantes, craquantes.
Après avoir dit au revoir à son amie «  Anita », d'après ce que j'ai entendu.
Elle a prit une grande inspiration et s'est approché.
Salut , ça faisait longtemps lança t-elle , en bégayant un peu.
Oui, je pensais que tu ne te souviendrais pas de moi répondis – je , de but en blanc.
Vu tout le bien que Jim, disait de toi. Je ne risque pas dit -elle , en fixant ses baskets crasseuses.
C'est vrai ? M'étonnais – je , je ne connaissais peut – être pas, aussi bien mon frère.
Tu étais son héros confirma la jeune fille , en souriant avec nostalgie.
Je fus prisonnier de la mienne, sauf quel fut tinté de mélancolie.
Pourquoi est tu venu ici et maintenant ? S'enquit Rose , après un court silence.
Nous y voilà songeais – je.
Je t'ai vu à la télé … commençais – je , avant qu'elle ne me coupe.
Et tu veux un autographe ou débattre !!! s'exclama t-elle , en souriant largement.
Non répondis – je , fermement.
Cela l'a refroidi , je pense d'ailleurs que je l'ai un peu vexé.
Je me rattrapais , au plus vite.
En faite , je suis venu te demander un service lui expliquais – je , avec quelques trémolos dans la voix.
Lequel ?
Tu sais garder un secret ? M'assurais – je.
Elle baissa les yeux, sa beauté était d'autant plus frappante quand elle devenait sérieuse.
Je lus, une lueur de fragilité dans son expression.
Oui répondit – elle , d'un ton assurée.
Après qu'elle eu acceptée, on a commençé à se donner des rendez – vous.
Dans des lieux publics , je pense que l'on se sentait en sécurité.
Comme la bibliothèque, un salon de thé , un parc boisé.
Puis , plus j'apprenais plus nos conversation sont devenu intéressantes.
Je compris ce que Jim , lui avait trouvé.
Elle était intelligente, drôle , passionnée par tout ce qu'elle entreprenait.
La jeune fille me confia , qu'elle prenait le rôle de professeur que je lui confié très aux sérieux.
Elle en avait même parlé , à plusieurs enseignants de confiance , des conseils.
J'avais des devoirs , comme relire à voix haute des chapitres.
Recopier des mots , des lettres , des résumés.
Durant nos confidences , je lui ai dit que les seuls choses que je savais lire , c'était les notes de musique.
J'avais composé des morceaux à la guitare.
Il me manqué juste , des paroles , pour écrire des chansons.
Rose m'avoua être une pitoyable musicienne , incapable de différencier un SI d'un DO.
On renégocia notre « marché ».
Dés que je serais parfaitement lire et écrire, je lui apprendrais la musique.
C'était équitable.
Un jour , je l'ai invité à la maison.
Nous avons fait le cour dans la cuisine.
L'orage avait fini par éclater , entraînant des trombes d'eau.
Nous étions trempés, je nous ai préparé un bon thé.
C'est la première fois , que je l'ai effleuré.
Nous nous sommes tous les deux sentis gênés.
Serais – se trahir la mémoire de mon frère , si je tombais sous le charme de Rose ?
Pour moi , elle incarnait l'espoir d'une nouvelle vie.
Une meilleur.
Mon père était heureux de la revoir et tenté de l'aider dans mon apprentissage de la lecture.
Pourtant malgré notre complicité, je commençais à sentir qu'elle avait un secret.
J'ai cessé de m'en préoccupé , quand elle m'a invité à voir une représentation de
« Roméo et Juliette » de William Shakespeare.
Nous l'avions lus , je crois même que ce fut mon premier choix.
Je fus étonnée , que l'on ait de bonne places.
Sa famille était – elle plus riche que la mienne ?
Je lui posé la question.
Rose ne s'offusqua pas et me dit qu'elle connaissait un des acteurs.
Elle avait été recalé au casting , pour le rôle de Juliette.
Franchement , je ne comprenais pas leurs décision.
Elle était l'incarnation parfaite de Juliette.
A moins , que je ne sois pas très objectif car je voulais celui de Roméo.
De son Roméo.
Après la représentation , j'ai voulu l'a raccompagner chez elle.
Rose dis – je , quand nous fûmes à deux rues de sa maison.
Oui ?
Il faut que je te dise quelque chose confiais – je , dans un souffle.
C'est grave ? S'enquit -elle , réellement inquiète vu mon changement d'attitude.
A toi d'en juger répondis – je , avant de prendre son visage en coupe.
Je crois que je t'aime avouais – je , avant de l'embrasser doucement.
Elle se laissa aller et je compris qu'elle ressentait la même chose.
Moi aussi , seulement j'ai un secret chuchota la jeune fille , quand je m'arrêtais pour reprendre une respiration normal.
Je sais gardé un secret jurais – je , avec un demi – sourire.
Son  regard se fit triste.
Je connais celui qui a tué Jim révéla Rose , avant de me tourner le dos.
Quoi ? M'exclamais – je , c'était impossible.
Jim lui devait de l'argent , à sa mort j'ai décidé de régler sa dette à ta place. Il est au courant pour nous et si je n'arrête pas de te voir … sinon il te tuera. Et je ne le supporterais pas sanglota Rose , en se retournant pour me dévisager.
Pourquoi vouloir régler la dette à Jim ?
Parce que … je vous aime tous les deux.
Depuis cette histoire d'amour malheureuse , je sais lire et écrire.
J'ai ouvert ma librairie et je l'ai appelé : «  La rose aux secrets ».

Fin

Martyn
Admin Dans un monde où Eric serait une réalité

Messages : 10674
Date d'inscription : 03/01/2011
Age : 50
Localisation : Toujours en plein rêve !

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum