I Always find you (Fée Morgane)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I Always find you (Fée Morgane)

Message par Martyn le Mar 10 Déc - 22:40



Chères lectrices, cette histoire se déroule après la fin de la partie  « présent » de mon livre «  Mystery Town » comme vous le savez j'ai finis de l'écrire après trois longues années et c'est très difficile pour moi de quitter mes personnages.  J'ai beau avoir déjà écrit trois fanfictions sur  «  Merlin » et avoir une idée qui pourrait se transformer en une série de livres, Anthon et Isis ne me lâchent pas facilement.  Je vous avait promis lors du dernier concours que j'écrirais un texte avec eux mais je n'étais pas à l'aise avec le thème des vacances et bien trop occupée à terminer mon livre.  Néanmoins j'ai été inspirée par les fêtes de Noël qui approchent et le lien ne s'est pas encore coupé entre moi et mon couple favori… Je vous laisse découvrir mon conte de Noël «  Mystery Town » et je vous souhaite une agréable lecture.

La petite musique que j'adore qui m'a inspiré en partie cet OS :





Merci a Roxas pour sa correction bisous






J'étais en fuite depuis un an, un an que j'étais accusé du meurtre d'Héléna Greenapple mon amie … Un an que j'accompagnais Robin et Bonnie, le couple de voleurs au grand cœur.
J'étais déjà endurcie par mes épreuves, la mort de Susan, mon affrontement avec Alyssa, l'ange déchue pourtant le pire était d'être séparé d'Anthon et loin de ma ville.
Il devait toujours s'occuper du théâtre qu'il avait restauré ou peut être était – il repartit à Hollywood ?
Anthon me manquait plus que tout et j'enviais Robin et Bonnie qui eux avait la chance d'être ensemble.
Nous étions au Nord de l’Écosse dans un village appelé Inverness pas très loin du célèbre lac du Loch Ness, la neige avait à peine commencé à recouvrir les plaines verdoyantes il y a une semaine environ.  Les fêtes de Noël approchaient à grand pas, la joie et l'insouciance faisaient leur retour faisant écho aux rires des enfants.  Ma famille me manquait surtout en sachant que je ne pourrais pas partager leurs repas …
Robin avait amené un sapin ce matin dans la maison que nous louions pour un mois sous de fausses identités évidemment.  Bonnie avait acheté des guirlandes et des boules pour le sapin, je ne voyais pas l'utilité d'essayer de fêter Noël alors que nous étions des fugitifs.

J'allais souvent m'aventurer dans les montagnes et là je me laissais aller à ma tristesse pourtant depuis une semaine j'avais la sensation d'être observée … je détestais ça.
Je rentrais une fois mes larmes apaisées et vis le jeune couple en train de décorer le sapin en riant.  Le jeune amérindien était encore plus musclé depuis qu'il coupait du bois pour la cheminée quant à Bonnie, elle était de plus en plus belle avec sa chevelure blond vénitien digne d'une princesse.  
Moi j'avais l'impression de dépérir même si nous arrivions à manger à notre faim, mes cauchemars me tuaient à petit feu. J'étais déjà pâle de nature mais là, j'avais l'air malade et mes cheveux qui étaient maintenant noir d'ébène paraissait sec.  
Être loin de l'homme de ma vie ne me réussissait pas …
- Viens nous aider Isis ! lança mon amie en me tendant une guirlande doré que je repoussais.
- Non, je n'en ai pas très envie répondis – je aussi gentiment que possible, l'année dernière je m'étais aussi sentit mal que à cet instant car les souvenirs de mon Noël au Manoir Radcliffe me revenait de plein fouet.

Bonnie posa la guirlande sur une chaise puis me serra dans ses bras, son contact avait le don de me rassurer dans les pires moments.
- On sait que c'est dur pour toi et si tu veux parler on est là. Nous sommes tes amis dit Robin qui continuait de s'occuper du sapin mais avec le plus grand sérieux.

Je hochais la tête puis mon amie relâcha son étreinte, je me retirais dans ma chambre incapable de partager ce moment avec eux.
Vous devez vous demandez quels cadeaux on s'achète entre fugitifs ?
Bonnie a une obsession non dissimulée pour les écharpes, j'ai donc pu trouver mon bonheur dans un magasin du coin.  Pour Robin la tâche fut plus ardue, jusqu'à ce que je le vois caresser un lynx sauvage lors d'une de ses escapades pour nous chercher du bois.
J'avais fait faire au bijoutier une montre en forme de lynx qui m'avait coûté une petite fortune, de mon côté je me demandais quel cadeaux ils allaient m'offrir !
Lors de mon achat j'avais de nouveau ressentit la sensation d'être observé, nous devions partir rapidement avant de nous faire repérer par les autorités.
Nous venions de terminer notre réveillon et j'avais eu le sentiment d'être la chandelle entre Robin et Bonnie.
- Si on s'occupait des cadeaux ! s'exclama mon amie en se dirigeant joyeusement vers le sapin.

Nous hochâmes la tête puis on l'a rejoint, comme je me doutais mes cadeaux leurs firent plaisir et j'allais avoir les miens quand on frappa à la porte.
Robin sortit son flingue pendant que j'allais ouvrir moi aussi prête à me défendre en cas de nécessité.
Je faillis défaillir quand je reconnus Anthon, il avait adopté un look de randonneur sexy, ses cheveux noir de jais avait poussé et il avait une barbe relativement soigné. Ses pupilles chocolats exprimèrent tant d'amour en me reconnaissant que je me sentis revivre.
Je sautais dans ses bras et mes lèvres retrouvèrent les siennes avec passion …
- Comment m'a tu retrouvée ? m'enquis – je en posant mes mains sur ses joues.
- Je te retrouverais toujours répondit le jeune homme d'un ton mystérieux avant de m'embrasser à nouveau.
- Je crois que je vais pouvoir resservir du champagne marmonna Robin qui se retenait aussi pour ne pas rire mais je m'en fichais royalement.

Je pris la main d'Anthon et l'entraîna dans le salon, il s'assit sur un fauteuil et je m'assis sur ses genoux entourant son cou de mes bras.  Le jeune homme enfouit son visage dans mon cou en souriant, la sensation de son corps contre le mien m'avait terriblement manqué enfin j'avais le sentiment d'être entière.
Anthon nous raconta comment mon parrain le Shérif Norman Law nous avait pisté et lui avait permis de me retrouver, cela me réchauffa le cœur de savoir que ceux que j'aimais ne m'avait pas oublier …
- Tu dois être fatigué par ton voyage, tu devrais aller te reposé dans la chambre d'Isis lança Robin avant de nous faire un clin d’œil complice alors que je guidais mon Anthon dans notre maison.
- Excellente idée répondit Anthon en me faisant un sourire entendu, il prit son sac sur son épaule puis le suivis docilement.  

Ma chambre se trouvait au bout du couloir et à côté de la salle de bains qui servait de séparation avec la chambre de Bonnie et Robin.
J'avais un grand lit à baldaquin au milieu de la pièce, une petite commande en face de la fenêtre qui donnait sur les paysages enneigés et une table de nuit, rien d'extravagant en somme.  Anthon posa son sac près de la porte et la referma doucement, il s'approcha puis pris mes mains dans les siennes, il les porta à ses lèvres ce qui déclencha des frissons de désir que je n'avais pas eu depuis longtemps.  Je libérais mes mains et les passai dans ses cheveux noir de jais avant de déposer un baiser langoureux sur ses lèvres au goût salé.
Le jeune homme me souleva et je passais mes jambes autour de sa taille, je sentais une douce chaleur dans mon bas ventre se manifester.  Avec délicatesse, il m'allongea sur mon lit commençant à enlever mon pull alors que je l'aidais à retirer son jean. Nous n'étions plus aussi coordonnés qu'avant …
Je retirais mon t – shirt pendant qu'il retirait ses chaussettes et ses épaisseurs de gilets qui me permirent d'admirer son torse encore plus musclé que dans mes souvenirs.
Anthon reprit alors ses caresses et ses baisers me faisant gémir , j'en voulais plus c'était une torture !
Il entra dans mon intimité en douceur, nous commençâmes nos déhanchements sensuels retrouvant notre rythme.
Je l'embrassais avec la même avidité que si j'étais dans le désert et qu'il était de l'eau, je passais mes mains sur sa peau douce … c'était le paradis.
La délivrance arriva nous laissant comblée dans nos retrouvailles comme si le temps s'était arrêtée pour nous.
Le lendemain, je m'éveillais dans les bras d'Anthon ma nudité caché par un drap posé délicatement. Je me plongeais dans ses pupilles chocolats qui brillait d'un éclat taquin, le bonheur avait ce regard.
- Joyeux Noël Isis Darcy murmura t – il avant de déposer un baiser sur mon front.
- Joyeux Noël Anthon Radcliffe répondis – je sur le même ton avant de l'embrasser tendrement.



FIN




[i]

Martyn
Admin Dans un monde où Eric serait une réalité

Messages : 10674
Date d'inscription : 03/01/2011
Age : 50
Localisation : Toujours en plein rêve !

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum