La robe bleue - by Vero (Concours 6)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La robe bleue - by Vero (Concours 6)

Message par Sendreen le Ven 1 Juin - 11:37

La robe bleue



La fumée s’élevait des immeubles en feu en contre bas, la ville n’était qu’un mélange de boue et de sang teinté de noir dans lequel nos ennemis baignaient à présent. Nous avions gagné la bataille mais pas la guerre. Je regardais Julius à mes côtés, il semblait fier du chaos que nous avions semé. Heureusement que les humains ne voyaient pas ce que nous faisions, pourtant nous menions cette guerre parmi eux, à leurs côtés. Les inexpérimentés les voyaient encore, moi au bout de temps d’années, je ne les voyais plus. Je distinguais parfois des objets leurs appartenant durant les combats, un ballon, une voiture, mais eux avaient disparus de ma vue depuis bien longtemps.

- Liam regarde en bas !

Je vis quelque chose bouger sous un buisson noir, une de ces pourritures s’était cachée.

Je plongeai directement dans sa direction, lui atterrissant dessus de tout mon poids. Je sentis ses os craquer sous l’impact, sa gueule qui n’avait plus rien d’humain s’étirer dans un rictus de douleur quand je lui plantai mon épée dans la poitrine, du sang d’un gris visqueux gicla sur le bitume. Je retirai mon épée et la remis dans son étui à ma ceinture, j’espérais bien que c’était le dernier pour la journée.

Je déployai mes ailes et remontai me poser aux côtés de Julius, quand la corne sonna. C’était fini nous pouvions remonter là haut. Un nuage de mes confrères sortit de dernière le béton, assombrissant le ciel gris clair qui se déploya au dessus de nous.

- Allez mon frère on rentre, dit Julius s’envolant gracieusement comme à son habitude, il était le seul des gardiens à ne pas bander ses muscles lorsqu’il décollait, une véritable danseuse, comme je l’appelais les jours où j’avais envie de le taquiner.

Je m’envolai à mon tour, le cœur gros par tant de violence, je jetai un coup d’œil, un dernier pour regarder ce massacre, lorsque je vis une couleur au milieu de ce monde en noir et blanc, du bleu, une robe bleu, une femme portant une robe bleue marchant tranquillement au milieu de cette boucherie.

- Julius ! Julius regarde en bas hurlai-je

Mais lorsque je me retournai,  plus rien, elle avait disparu

- Où ca Liam ?

- Non…. Rien, il n’y a rien ………juste…. Rien rentrons.



Le paradis, espace blanc et chaleureux où le soleil éclair chaque parcelle de terre. Comment avions nous réussi à faire croire toutes ces imbécilités aux humains. Je marchais dans ma rue, faite de briques en terre cuite, mes pas se mélangeant à la pluie qui tombait par trombe d’eau comme tous les jours. Je poussai la porte de la cabane que je partageais avec Julius, mon frère. Ce n’était pas vraiment mon frère, il était plus âgé que moi, ayant rejoins les troupes des guerriers de dieu durant l’époque romaine. Mais il avait été là pour moi quand j’étais arrivé, vers la fin de la première croisade, et était devenu mon meilleur ami puis mon frère au fil des centaines d’années.

Julius sortait de la douche, quand je mis les pieds dans notre petit chez nous.

- Julius couvres toi s’il te plait !

- Tu sais ce que je dis toujours Liam, quand tu ne supportes plus de me voir à poil c’est l’heure d’aller voir les muses.

- Vu comment ca s’est passé la dernière fois je vais attendre un peu mon frère.

- Je ne te comprends pas des fois…

Il attrapa son pagne et le positionna autour de sa taille, mettant par habitude son harnais par-dessus ses épaules. Nos habits étaient rudimentaires, mais n’étions nous pas les descendants des Spartes, Remus notre chef en avait été un d’ailleurs, je l’avais appris récemment, au début du siècle.

Je m’assis sur ma chaise, enlevai mes sandales trempées, et posai mon harnais.

- Julius ? Je peux te poser une question

- Bien sûr mon frère !

- Tu les vois encore toi ?

- Qui ?

- Les humains ?

Il s’assit en face de moi, me fixant intensément.

- Je vais te dire quelque chose mais ne le répètes à personne OK ?

Je hochai la tête affirmativement

- Je ne les ai jamais vus.

- Quoi ?

- Quand je suis arrivé ici, j’étais avec la bande de Rome, tous parlaient des humains qu’ils voyaient en bas, et moi…je me souvenais de ma vie avant, alors je fabulais un peu pour avoir l’air comme les autres. Mais non je n’ai jamais rien vu de mon ancien monde. Pourquoi tu as vu quelque chose ? C’est pour ca que tu m’as appelé hier sur le chemin du retour.

- J’ai vu…une couleur, du bleu je crois bien, putainca fait tellement longtemps que je n’ai pas vu de couleur, mais oui c’était comme mes souvenirs du ciel en Tunisie, donc oui c’était bien du bleu.

Julius se leva et attacha ces longs cheveux en une natte, puis attrapa son rasoir.

- Si mes souvenirs sont bons c’était ma couleur préférée, me dit-il au bout d’un moment, me tendant le rasoir. Que je refusai comme d’habitude

- Liam tu ressembles à un ours des cavernes

- Et toi à un romain, nous n’avons que ca Julius, nos apparences physiques pour se rappeler  qui l’on est vraiment, et puis tu sais que je me rase quand ils deviennent trop longs.

- Aucun goût !

- Oui mon frère

Le lendemain j’étais envoyé pour récolter des indices sur les lieux de notre dernière bataille. Nos ennemis étaient bien entendu le mal en personne, l’armée de Lucifer, le frère perdu de notre chef Saint Michel. Des fois je réfléchissais à ce qu’avait du être leur relation au sein du baraquement. On les décrivait comme deux guerriers très proches, comme Julius et moi. Mais je ne nous voyais pas, ni Julius ni moi basculer du côté obscur.

Cependant quand je regardais ce que nous faisions à nos ennemis, certes ils combattaient pour que le mal l’emporte, mais étions nous vraiment moins agressifs dangereux, sanguinaire qu’eux ? Je soulevai le corps à moitié décomposé d’un sopriate, créature à moitié démon à moitié animale, pour ramasser son arme. Je n’en avais jamais vu de telle, une longue dague, parcourue de signes étranges que je ne connaissais pas. La rumeur courait que l’ennemi s’était allié avec des humains, cette nouvelle arme en était la preuve, et je craignais les répercussions qu’elle pourrait avoir.

Nous étions tous réunis dans l’amphithéâtre de Platon, ayant découvert l’arme en question je devais la présenter à tous mes frères et supérieurs, Rémus était déjà au courant et le regard noir qu’il me jetait ne présageait pas une bonne soirée. Parler devant la foule, n’était pas mon passe temps favoris, si Julius avait été avec moi lors de ma trouvaille, je l’aurais envoyé à ma place, lui et la foule faisaient deux, mais sur ce coup là j’étais seul.

J’entrai dans l’arène pleine à craquer, et la foule se tut, tous me regardaient intensément. Je me positionnai à côté de Remus.

- Notre frère Liam a trouvé  la preuve que nous cherchions depuis si longtemps ce matin.

Un chuchotement monta lentement des sièges.

Je fis un pas en avant et enlevai le tissu qui recouvrait l’arme que j’avais trouvée.

- Cette arme est recouverte de signes nouveaux pour l’ennemi, notre frère Paolo l’a reconnu comme étant un langage moderne qu’utilisent les jeunes humains de nos jours.  La traduction est assez simple il faut juste la connaître. Paolo vous enverra une note sur ce qu’il a pu découvrir.

L’arme circula de mains en mains.

- Si nos ennemis se sont vraiment alliés à certains hommes, nous n’avons pas d’autre choix que de nous lier à eux aussi maintenant.

Des exclamations montèrent de la foule, la plupart semblaient outrés, un retour à l’état humain qu’elle déchéance pour nous

- Ne voyez pas ca comme une rétrogradions hurla Remus ! C’est plutôt une promotion… mais ne croyez pas que cette promotion sera accordée à tous le monde. En dehors des non expérimentés qui a vu des humains dernièrement ?

Le silence se fit, en parler entre nous était une chose, le dire à notre chef une autre, une honte en quelque sorte.

Personne ne répondit, pendant quelques minutes, puis Julius se leva.

- Liam a vu quelque chose hier après la bagarre il me l’a montré, je l’ai vu aussi.

Remus se retourna sur moi.

- C’est vrai Liam ?

Pas entièrement mais je n’allais pas balancer mon frère.

- Oui

- Qui d’autres ?

3 autres guerriers se présentèrent.

- Vous êtes 5 vous allez être nos premiers éclaireurs demain matin à la première heure vous serez envoyés dans cette ville qui nous a servit de champs de bataille dernièrement, vous avez beaucoup à apprendre pour demain ! Au travail !

Nous avions passé la nuit à recevoir une formation sur la vie en bas parmi les humains. Les règles à observer, les comportements étranges des gens dans la rue qu’il ne faut pas prendre pour une agression… Le soleil se levait, nous avions 30 minutes devant nous pour rentrer nous doucher, et nous serions envoyés à 8H tapante.

Dès que Julius et moi nous retrouvâmes dans notre baraquement, je me retournai et lui fis face.

- Pourquoi as-tu dis que tu avais vu quelque chose toi aussi ?

- Je…je ne sais pas, ca fait si longtemps, je sais que ca peut être vu comme une punition ou autre, mais moi je vois ca comme une chance, juste être humain à nouveau quelques jours.

Je respirais un grand coup

- Je ressens la même chose

Notre seule mission était de se mêler à la foule de scruter ce qui pourrait nous sembler démoniaque, s’il y avait alliance il y avait forcement des démons parmi eux aussi, et de n’agir qu’en cas d’agression.

- Vous allez être dispatchés à différents endroits de la ville, vous devez vous rejoindre dans 72h au point précis dont on a parlé, dans aucun cas vous ne devez révéler cet endroit à personne.

Nous hochâmes tous la tête distinctement, et un bruit horrible hurla dans mes tympans. Je fus projeté sur un sol en bois marron clair avec des éclats noir et gris…de la couleur.

- Oh mon dieu vous m’avez fait peur !

Je me retournai et vis une beauté rousse les yeux verts portant une petite robe bleue…..

- Vous allez bien ?

Elle posa ses mains sur moi, sur mon cou, sur ma tête, ouvrit les pans de ma veste, me toucha par-dessus ma veste.

- Vous n’avez rien…comment vous vous appelez, vous vous souvenez de quel jour on est ?

Elle parlait si vite si vite, mais de toute façon je n’entendais rien à ce qu’elle me disait, je la voyais juste elle dans sa robe bleue.

Et puis j’eus une petite douleur dans la paume, ca faisait longtemps que je n’avais pas eu mal quelque part. Je portais ma main à ma bouche et dus faire une grimace de douleur, car la merveilleuse créature en face de moi, monta dans les aigues et m’arracha presque le bras pour observer ma main.

- Ce n’est qu’une écharde je crois.

- Oh vous parlez ria-t-elle. Une écharde..Bon dieu vous m’avez fait peur

Oui les humains juraient beaucoup Remus nous avait prévenu, mais venant d’elle je ne voyais pas ca si vulgairement ca ressemblait plutôt à un remerciement.

- Venez entrez je dois avoir une pince à épiler dans mon sac je vais vous enlever ca.

Elle me fit entrer dans une sorte de boutique pleine de pâtisseries, cela sentait le caramel les fruits, je regardais la vitrine et j’en avais l’eau à la bouche, toutes les femmes derrière le comptoir avaient la même robe bleue que ma beauté. Elle devait travailler là peut être.

Elle me fit asseoir sur une toute petite chaise dont je débordais largement, à l’arrière de la boutique.

- Excusez moi pour tout à l’heure, j’ai vu cette voiture, et le gars klaxonnant si fort, vous sembliez comme pétrifié, bref je vous ai poussé sur la terrasse, je ne voulais pas vous faire mal…

- Merci Madame.

Elle sourit, d’un sourire à me couper le souffle, les muses pouvaient aller se coucher elles ne lui arrivaient même pas à la cheville.

- Mademoiselle, je ne suis pas si vieille que ca.

- Oh non je ne voulais pas vous offenser, c’est juste que vous si…ravissante que je me suis dis que vous deviez avoir un mari.

- Un mari ! …montrez-moi cette main.

Elle posa sa toute petite main sur la mienne, sa peau blanche et délicate, sur ma peau mate semblait disparate mais le contraste me plaisait bien.  Elle enleva l’écharde qui était enfoncée dans ma paume, ce qui m’arracha un cri

- Oh un grand gaillard comme vous !

- Merci

- Vous n’êtes pas du coin ?

- Non je viens juste d’arriver en ville.

Elle me fit un sourire à tomber par terre

- Et bien bienvenue dans notre petite ville.

- Elle ne me semble pas si petite

- Vous n’êtes pas un citadin alors, vous allez voir il n’y a pas grand-chose à faire ici.

- Je vais commencer par faire un petit tour, je pense

- Si vous vous ennuyez je suis là tous les jours de 10h à 20 h.

Remus nous a dit que les filles faisaient le premier pas maintenant, mais c’était quand même un choc pour moi…

- Ne rougissez pas comme ca ria-t-elle, je ne vous propose pas de venir dormir chez moi juste…si vous vous ennuyez et que vous avez envie d’un gâteau ….

Venir dormir chez elle….j’avais l’impression d’avoir reçu un coup de fouet, les mœurs avaient vraiment changé, plus que Remus nous l’avait dit.

- Bon je vais arrêter ou votre tête va exploser sinon.

- Euh, oui je vais y aller, merci pour votre aide

- A bientôt peut être lança-t-elle

Je sentis la chaleur envahir mon visage, et l’entendis pouffer de rire lorsque je franchissais les portes de sa petite boutique.

Je passai le reste de la journée à sillonner les rues, rien ne suspect à mes yeux, le monde avait bien changé, mais les seuls représentant du mal que j’avais pu croiser, étaient de simples personnes idolâtrant l’idée du mal, en se parant de noir, de piercing.

19h sonnait à l’église du quartier,  au moins une chose qui n’avait pas changé. Le soleil était à moitié couché, revoir ces magnifiques couleurs de rouge oranger, j’avais l’impression de revivre. Tandis que je traversais un parc, je sentis comme une sorte d’énergie bizarre dans l’air. Mes sens étaient aux aguets, quand je le vis, un sopriate, était là, caché dans les buissons. Mon épée se matérialisa automatiquement, la cicatrice de mes ailes dans mon dos me grattait mais il ne fallait pas que je les sorte, pas ici, pas dans ce monde.  Le sopriate me sauta dessus dès que je passai à côté de lui, étais-ce parce que je n’avais pas mes ailes, mais le premier coup qu’il me lança me mit presque KO, je réussis cependant à me redresser et à lui planter mon épée dans le ventre mais juste avant de quitter ce monde je ne sais comment il se retourna sur lui-même d’une façon improbable vu qu’il avait encore l’épée plantée en lui, et me mordit sur l’avant bras.

Son corps contrairement à dans mon monde, se désintégra instantanément. Mais moi, je tombai juste à genoux assaillis par la douleur dans mon bras. La morsure de sopriate pouvait être mortelle pour les guerriers de là haut si elle n’était pas soignée rapidement. Mais comment me procurer les ingrédients nécessaires dans ce nouveau monde : menthe, peroxyde d’hydrogène, acide acétique, extrait de gingembre, et farine pour rendre la texture pâteuse, une vieille recette de l’antiquité mais qui marchait très bien à condition d’avoir les…Farine… la serveuse à la robe bleue. Je n’étais pas très loin de sa boutique, et elle devait finir son travail dans moins d’une heure. Je me relevai difficilement et me dirigeai d’un pas branlant jusqu’à cette devanture en bois. Je jetai un regard à travers la vitrine de verre, et vis par chance qu’elle était seule…comment pouvait-on laisser une jeune femme seule à cette heure là ?...

Je poussai difficilement la porte, déclenchant la sonnette juste au dessus. Elle se retourna et un grand sourire illumina son visage, avant que celui ne se décompose en voyant mon bras ensanglanté.

- Oh Mon dieu ! Que vous est-il arrivé ?! Il faut appeler les pompiers !

- Mademoiselle non s’il vous plait..je …je connais un remède efficace, il faut que vous m’aidiez.

Je m’écroulai sur le sol de la boutique.

- Je…je…

Elle s’avança jusqu’à la devanture appuya sur un rond rouge, et un rideau de fer descendit devant la vitre de verre. Puis elle s’accroupit à mes côtés passant sa main dans mes cheveux dégageant mon visage de mes boucles noires.

- Que puis-je faire pour vous ?

Je lui fis la liste des ingrédients nécessaires au baume à appliquer sur la morsure. Son visage était très sérieux elle buvait littéralement mes paroles.

- J’ai presque tous les ingrédients ici, sauf le peroxyde d’hydrogène, mais j’ai de l’eau oxygénée chez moi. Pensez-vous pouvoir faire 10 minutes de voiture dans votre état.

Je ne savais pas quoi répondre, je n’étais jamais monté dans ces engins.

- OK

Elle passa un bras sous mon épaule, et me fit prendre appuie sur elle, me conduisant à l’arrière du magasin, où une petite voiture rouge était garée. La machine démarra et je plongeai dans un grand trou noir.

Quand je rouvris les yeux, j’étais allongé sur un matelas moelleux et confortable, le soleil se levait doucement. J’étais torse nu, un baume appliqué sur ma morsure. J’essayai de me soulever pour sortir du lit, quand une petite main se posa sur mon torse. Je me tournai légèrement et vis ma petite beauté rousse allongée sur les couvertures. Elle dormait paisiblement, vêtue d’un simple pantalon en coton épais gris et d’un petit haut noir à fine bretelle qui ne laissait pas beaucoup de place à l’imagination.

Depuis combien de temps n’avais-je pas passé un moment intime avec une femme ? Les muses avaient l’art et la manière de soulager nos pulsions humaines, mais tout se passait par la pensée, et dépendait de l’esprit du guerrier. Lors de ma dernière visite, mon esprit avait pris le dessus sur celui de la muse et je m’étais fais renvoyer de cet antre de délice, dans les plus brefs délais.

Je me permis de laisser glisser mes yeux dans le creux de ses seins voluptueux, et mon corps réagit immédiatement. Gêné à l’idée qu’elle puisse s’apercevoir de ma réaction, je me tortillai le plus légèrement possible. Mais au lieu de me calmer la situation empira quand elle colla son corps chaud contre le mien. Une grosse couverture épaisse et douce nous séparait mais je pouvais sentir le moindre centimètre de sa peau. Elle posa sa tête dans le creux de mon épaule, et inspira profondément. Dieu tout puissant, j’avais tellement envie de la prendre dans mes bras. Elle fit glisser sa main sur mon ventre et de long siècle d’abstinence s’envolèrent en éclat dans ma tête. Je posai ma main sur la sienne, et la remonta doucement le long de son bras ce qui la fit frissonner et moi de même.

Elle s’agrippa alors à moi et marmonna

- Hey ca va mieux ?

- Beaucoup mieux. Ma voix était beaucoup plus rauque qu’à son habitude au réveil.

- Vous avez déliré une bonne partie de la nuit. Ria-t-elle contre moi, ne se détachant pas de moi.

- Oh…je n’ai pas dit trop de bêtises

- Non…vous m’avez compté des odes à  ma beauté, demandé en mariage, et j’ai réussi à vous arrêter avant que vous me fassiez un striptease, mais sinon rien de méchant.

J’étais mort de honte…des odes à sa beauté, elle n’avait pas pu imaginer ca toute seule.

- Ne soyez pas gêné Liam, j’ai trouvé tout ca très charmant dommage que vous n’étiez pas dans votre état normal je vous aurez presque dit oui

Je me retournai brusquement vers elle, nos deux visages étaient à quelques centimètres l’un de l’autre.

- ..euh … je

- Alyson

- Alyson vous êtes la plus belle femme que j’ai eu l’occasion de rencontrer dans ma vie, mais je ne veux pas que vous croyez que j’en ai après votre vertu, vous êtes tellement douce et pure, je ne veux pas que vous pensiez que je suis un homme…

Elle posa un doigt sur ma bouche

- Liam, cela fait des années que je n’ai pas désiré

Désiré…

- un homme, je sais que vous ne me voulez aucun mal

- Je ne suis pas un homme pour vous, répondis-je tout en passant instinctivement mon bras anciennement blessé autour de sa taille la rapprochant de moi, je ne serai plus dans cette ville demain soir.

- Nous avons jusqu’à demain soir alors.

Je restai sous le choc face à sa réplique, et elle en profita pour poser ses lèvres sur les miennes.

Dieu tout puissant, je n’avais pas imaginé à quel point cette sensation m’avait manqué.

Elle posa ses mains sur mon torse, et je roulai sur le dos, la positionnant au dessus de moi afin qu’elle puisse mettre fin à tout cela quand elle le désirerait.

Notre baiser était passionné, mais tellement doux à la fois. Ses lèvres charnues épousaient les miennes à la perfection, sa langue caressant la mienne avec lenteur. Elle colla son intimité contre mon érection, et même à travers la couverture, ce mouvement nous fit gémir à l’unisson résonnant à travers l’autre.

A bout de souffle elle rompit notre baiser, encrant ses yeux vert émeraude dans les miens. Je me sentis comme hypnotisé par tant de beauté, incapable de faire le moindre geste. Elle me sourit plissant les yeux dans un regard dérobé, et s’assit sur le bas de mon abdomen, tout en passant au dessus de sa tête le petit haut qu’elle portait.

Mes mains s’agrippèrent automatiquement à sa magnifique poitrine, lui faisant renverser la tête en arrière, déployant sa chevelure flamboyante sur sa peau blanche et crémeuse.

- Alyson vous êtes magnifique

Elle rit et me lança un regard taquin

- Liam tes mains recouvrent mes seins ca ne serait pas le moment de me tutoyer.

Que lui répondre, que j’avais vouvoyez ma femme jusqu’à mon départ pour la croisade, que pour moi c’était la preuve de mon respect sincère…non

Je m’assis et en guise de réponse l’embrassai fougueusement, tout en savourant la sensation de sa peau contre la mienne.

- Alyson, si vous..tu veux arrêter dis le moi immédiatement, je ne suis pas sûr de pouvoir tenir longtemps.

- Je ne veux pas arrêter.

Je renversai d’un coup sur le dos, la dominant par ma taille et mon poids, mes mains glissèrent le long de sa taille me permettant d’enlever ce pantalon de coton qu’elle portait. Elle ne portait pas de sous vêtement, et je crus perdre la tête quand je sentis son pubis doux contre mes doigts. J’enfouis ma tête contre son cou, et grognai bruyamment.

Elle tendit ses petits bras vers mon pantalon que je portais toujours et essayai de défaire la ceinture qui le retenait, effleurant mon érection par la même occasion. Je me mis à genoux entre ses jambes pour l’aider, mais la vue de son corps dévoilé entièrement à moi, me perdit, et elle défit tous mes boutons elle-même un sourire aux lèvres avec un regard noircit par le désir.

Quand elle fit glisser mon sous vêtement, je la vis écarquiller les yeux.

- Tu es….imposant ria-t-elle

- Je.. je ne sais pas, je ne me compare pas beaucoup aux autres tu sais.

Le seul autre homme nu que j’avais vu était Julius et il n’avait rien de différent entre lui et moi.

- Ce n’est pas un problème dit-elle tout bas comme pour se convaincre elle-même

Je me réinstallai entre ses jambes et avant de m’appuyer contre elle, la regardai sérieusement.

- On peut toujours arrêter maintenant.

- Non ! S’exclama-t-elle

- D’accord.

Nos intimités entrèrent en contact, et elle me supplia littéralement de la prendre sur le champ. Je n’étais pas habitué à de telles demandes de la gente féminine, mais à quoi bon résister je ne désirais que ca.

Je me déployai en elle, doucement très doucement, car elle me semblait si étroite, que la tête m’en tournait. Ses cris, ses baisers, ses mains sur moi, tout était comme dans un rêve. Un rêve tout simplement parfait, tout simplement sublime. Je réussis à l’amener à l’extase juste avant moi, et ce fut comme dans une symbiose totale que notre délivrance s’exalta, pure, belle et très forte.

Je me retirai doucement de son corps, et elle se lova immédiatement contre moi, me murmurant des mots doux, des mots que je n’avais pas entendu depuis si longtemps. Nous sombrâmes dans un sommeil réparateur rapidement dans une totale quiétude.

OoOoOoOo

- Liam…Liam

J’entendais mon nom au loin dans mon rêve

- Liam réveille toi.

J’ouvris les yeux et vis Julius au pied du lit. Je couvris instinctivement ma belle de la couverture.

- Liam il faut y aller.

- Que fais tu là Julius.

- Ils ont attaqué là haut, il faut y aller immédiatement.

- Quoi ?

- On est entré en guerre là haut Liam, nous…

Je me dégageai rapidement du lit, mes ailes se déployèrent par elles même tandis que j’enfilais mon pantalon. Mon épée apparut au niveau de ma ceinture. Nous avions été attaqués sur nos terres, nous n’avions jamais était attaqués sur nos terres, cela signifiait une seule chose….Le monde était en danger, Alyson était en danger.

Je me retournai une dernière fois sur ma beauté rousse qui dormait paisiblement. J’aurais aimé lui laisser une lettre un mot, mais je n’avais jamais pris la peine d’apprendre à écrire. Je sortis mon épée de son fourreau et me coupai une mèche de cheveux que je déposai sur l’oreiller qui avait accueillit ma tête.

- Adieu murmurai-je avant de me lancer dans les airs par la fenêtre prêt à mourir pour sauver me monde des humains que je chérissais plus que tout à présent.

_________________

Merci Martyn
avatar
Sendreen
Admin Sous la couette avec Rob, Ian et Alex

Messages : 4965
Date d'inscription : 02/12/2010
Age : 33
Localisation : Absente -> vous pouvez me joindre chez Rob

http://fantastiqueworldblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La robe bleue - by Vero (Concours 6)

Message par Martyn le Ven 1 Juin - 23:00

Mais pourquoi vous êtes aussi doué pour l'écriture.
Mon choix va être dur ! Trop dur !

Excellent.
Je reconnais bien là ton étonnante imagination.
C'était un merveillement.
Et puis ton lémon était doux, sensuel.
J'ai apprécié l'histoire mais juste un petit mot ..... est-ce qu'il y aura une suite ?????

Ben ouais quoi je demande on ne sait jamais.
avatar
Martyn
Admin Dans un monde où Eric serait une réalité

Messages : 10674
Date d'inscription : 03/01/2011
Age : 50
Localisation : Toujours en plein rêve !

Revenir en haut Aller en bas

Re: La robe bleue - by Vero (Concours 6)

Message par Fée Morgane le Sam 2 Juin - 17:03

Whouuuuuuuuuuuaaaaaaaaaaa cette OS est une pur merveilllllleeeeeeeee !!!!!
J'adoooreeeeee les histoires d'anges et j'ai trouvé tes références à l'antiquité super !!!!!!
bref superbe ma bêta !!! gros bisous
avatar
Fée Morgane
Eric Northman pénètre mes rêves

Messages : 3593
Date d'inscription : 11/09/2011
Age : 23
Localisation : Avec Alexander Vlahos dans un lit à Londres <3

Revenir en haut Aller en bas

Re: La robe bleue - by Vero (Concours 6)

Message par Sendreen le Dim 3 Juin - 7:19

Je te l'ai dit, ton histoire m'a plu. Je trouve qu'il y a eu pas mal de POV masculins sur ces OS. Et j'ai bien aimé. Et puis là toute une clique de beaux mâles venus de l'antiquité miam.

J'aime bien l'idée de la femme en couleur. Et c'était romantique et sensuel. Bref bravo.

_________________

Merci Martyn
avatar
Sendreen
Admin Sous la couette avec Rob, Ian et Alex

Messages : 4965
Date d'inscription : 02/12/2010
Age : 33
Localisation : Absente -> vous pouvez me joindre chez Rob

http://fantastiqueworldblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La robe bleue - by Vero (Concours 6)

Message par Pap's* le Dim 3 Juin - 14:14

lol! Trop court !!! mdr

Vous le faites toutes exprès , je veux la suite moi ^^

Les anges ... hum très bon choix d'univers .
Très bien détaille , bcp de référence , on rentre avec facilité dans ton univers , la lecture est fluide , beaucoup d'idées non franchement j'aime bien ton O.S Véro et on sens que tu y a mis bcp dans ce texte ..
Ton lemon est doux mais intense avec beaucoup de sensualité

Ahlalala ça va être difficile de choisir ...
avatar
Pap's*
attaque Voldemort

Messages : 202
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 43
Localisation : Dans la play-room d'Edward ...

Revenir en haut Aller en bas

Re: La robe bleue - by Vero (Concours 6)

Message par lulla le Dim 3 Juin - 19:25

Ah ouais, jolie, jolie!!!!! Les histoires d'ange j'aime beaucoup! et que de beau gaillard que nous a déniché là!!!

je suis fan de ce que tu fais donc je ne peux que complimenter, et l'histoire, et le lemon! j'adhère!

ça vas être difficile niveau choix! me manque plus que Sandrine et Pap's et en suite la délibération!

aie, aie, aie!

en tout cas merci Véro, j'ai beaucoup aimé!

_________________
avatar
lulla
Admin Dans des draps de satin avec Taytay

Messages : 5271
Date d'inscription : 11/12/2010
Age : 33
Localisation : Dans des draps de satin avec son loup

http://declicreas.centerblog.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La robe bleue - by Vero (Concours 6)

Message par vero le Lun 4 Juin - 17:57

Merci les filles

à vrai dire j'avais commencé un tout autre OS et puis j'ai changé a 1 semaine de mes vacances donc j'avais un peu peur que ca fasse baclé lol j'ai envoyé l'OS a 21h 30 dernier jour à sendreen

il faut plus voir le perso principale comme l'idée première des anges, à l'origine saint michel est un guerrier sanguinaire, pas avec de belles ailes blanche et une oréole vous voyez en faites je me suis plus inspiré de 300 le film et d'une armée lutant contre le mal que des anges Smile voilà mon explication Wink

_________________

C'EST CADEAUX!
avatar
vero
Admin passe ces nuits avec Le pack de 8

Messages : 5984
Date d'inscription : 11/12/2010
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas

Re: La robe bleue - by Vero (Concours 6)

Message par Fée Morgane le Lun 4 Juin - 18:26

mdr J'aime pas les anges comme on a l'habitude de nous servir .... j'imaginais bien les combats versions 300 , j'avais les bonne images en tête me voilà rassurée !!
tu cartonnes
avatar
Fée Morgane
Eric Northman pénètre mes rêves

Messages : 3593
Date d'inscription : 11/09/2011
Age : 23
Localisation : Avec Alexander Vlahos dans un lit à Londres <3

Revenir en haut Aller en bas

Re: La robe bleue - by Vero (Concours 6)

Message par sarinette le Jeu 7 Juin - 12:43

génial mais trop court j'aurais voulu en savoir plus sur elle sur leur sentiments
merci vero
avatar
sarinette
Rencontre Stiles

Messages : 944
Date d'inscription : 13/12/2010
Age : 43
Localisation : dans les bras de emmet eric damon et micah

Revenir en haut Aller en bas

Re: La robe bleue - by Vero (Concours 6)

Message par appaloosa le Jeu 7 Juin - 17:16

ton OS est un pur regale
j ai adorée mais une de plus je le trouve trop court
il y aura une petite suite
avatar
appaloosa
rendez-vous avec Eric

Messages : 342
Date d'inscription : 03/01/2011
Age : 27
Localisation : bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: La robe bleue - by Vero (Concours 6)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum